Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 00:03

PLINE L'ANCIEN

HISTOIRE NATURELLE

LIVRE CINQ

 

 

………. Au fleuve Tusca commence la région Zeugitane; elle est appelée proprement Afrique. Trois promontoires, le promontoire Blanc, le promontoire d'Apollon en face de la Sardaigne, le promontoire de Mercure en face de la Sicile, s'avançant dans la haute mer, forment deux golfes : le premier est celui d'Hippone, le plus voisin de la ville qu'on nomme Hippo Dirutus, par corruption du mot grec diarrhytos, qui signifie arrosé par des eaux abondantes. Dans le voisinage est Theudalis, ville libre, à une certaine distance du rivage; puis le promontoire d'Apollon (cap Farina), et, dans le second golfe (golfe de Tunis), Utique, jouissant du droit romain, et célèbre par la mort de Caton.

Pline L'Ancien:
Homme de lettres, historien et militaire romain (23-79), son Histoire naturelle en 37 livres est une des principales sources de connaissance de l'Antiquité.

 

 

 

 

Le fleuve Bagrada (Medjerda), la localité appelée Castra Cornelia (Porto Farina), Carthage, colonie élevée sur les ruines de la grande Carthage; la colonie Maxulla, les villes de Carpi et de Misua, la ville libre de Clupée, sur le promontoire de Mercure (cap Bon) ; la ville libre de Curubis, Néapolis. Puis vient une autre division de l'Afrique proprement dite: on appelle Libyphéniciens ceux qui habitent le Byzacium ; tel est le nom d'une contrée de 250.000 pas de tour, d'une fertilité admirable, puisque la semence y rend cent pour un (XVII, 3). Là sont les villes libres de Leptis (Lemta), d'Adrumetum, de Ruspina (XV, 21 ), de Thapsus; puis Thènes, Macomades, Tacape, Sabrata qui touche à la petite Syrte (baie de Cabes), jusqu'à laquelle la longueur de la Numidie et de l'Afrique, depuis l'Ampsaga, est de 580.000 pas; la largeur de ce qu'on connaît est de 200.000. Cette partie, que nous avons appelée proprement Afrique, se divise en deux provinces, l'ancienne et la nouvelle, séparée par un fossé qui fut tracé par suite d'une convention entre Scipion Emilien et les rois, et mené jusqu'à Thènes, ville éloignée de Carthage de 216.000 pas.
.....


Selon de découpage classique du littoral de l’Africa proposé par Pline l’Ancien et par Pomponius Mela (voir plus haut), en une succession de golfes scandée par des promontoires remarquables, le Sinus Hipponensis (ou golfe d’Hippo Diarrhytus) s’étendait à tout le développement côtier entre le promuntorium Candidum(le cap Blanc, Rass el abiodh) et le promuntorium  Apollinis identifiable lui-même avec le Rass Sidi Ali El Mekki. Cependant, ce dernier ferme au nord ouest le golfe de Carthage plus qu’il ne ferme au sud est le golfe de Bizerte. Aussi, est-il préférable de donner de ce dernier une définition plus restrictive, en le limitant à l’espace compris entre les deux caps qui en marquent réellement les approches en mer à l’est et à l’ouest, en dessinant une anse largement ouverte sur un front de cote de 25 km.  Le premier de ces caps est le Rass Zebib escorté au large de l’île Cani (dzirat el klèb), le second est bien le cap Blanc, Rass el Abiodh, lui-même très caractéristique par son profil en forme de dauphin ainsi que par la teinte éclatante de ses calcaires éocènes et contraste avec la tonalité plus sombre de la côte nord plus à l’ouest.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2008 6 07 /06 /juin /2008 23:48

Au fil du temps,  suite....

En l'an 574 av JC, les phéniciens sont défaits à Tyr par Nabuchodonosor. C'est la fin du règne phénicien. Toutes les colonies phéniciennes se fédèrent  sous la direction de Carthage qui était devenue puissante et maîtresse de la méditerranée.

 En l'an 310 av JC, les premiers ennuis vinrent de Sicile où régnait à Syracuse un tyran grec sicilien, Agathocle. Avec sa flotte, il débarqua en Tunisie et s'empara de Hippo Acra malgré ses remparts et ses fortifications. La cité est pillée et les habitants châtiés. De part l'importance du site et sa proximité avec Syracuse, Agathocle en fait un de ses bastions. Il améliora la fortification de la cité et pourvut la ville de chantiers navals, avec les quels il construisit des bateaux pour sa flotte. Tout cela avec la main d'oeuvre locale, berbères et phéniciens. Il n' a pas eu le temps de tout terminer.

Chapitre IV

En l'an 305 av JC, Carthage voisine prend le dessus et chasse Agathocle. Hippo Acra redevient autonome, sous la tutelle de Carthage.

Carthage affiche ses ambitions hégémoniques dans cette région, surtout en Sicile et en méditerranée. Rome, une autre puissance hégémonique, réagit vivement. Des lors, ces deux puissances vont s'affronter durant 120 ans en 3 guerres, nommées les guerres puniques : 264 à 241, 218 à 201, 149 à 146 av JC. Les 3 guerres seront perdues par Carthage qui sera finalement détruite, rasée.

Chapitre V



Et Bizerte qu'est elle devenue?

Se trouvant au milieu, ne demandant rien à personne, elle en subira quand même les conséquences malgré une résistance farouche de ses habitants retranchés derrière les fortifications phéniciennes et Grecques. Pillée et occupée à chaque passage, par les Romains et Carthaginois. Finalement, elle sera détruite par Rome et les habitants châtiés pour avoir eu l'audace de résister aux romains. Le nom de la cité sera rebaptisé et latinisé. Bizerte devient sous les romains Hippo Diarrhytus ou Hippone Zarytus ( voir article, le nom de Bizerte). Les Romains dominent en Afrique durant 600 ans, jusqu'en l'an 400 après JC. Bizerte subit cette colonisation avec calme. Avec l'aide des Romains, elle panse ses Blessures, se relève de ses ruines, refait ses fortification, re-développe son industrie et son commerce grâce à César qui l'a en estime et qui l'a élevé au rang de province Romaine.

En l'an 439 , période noire pour Bizerte, le nordique Genséric avec ses vandales sème la panique en Méditerranée. Il s'empare et pille Bizerte malgré ses fortifications.
Hippo Diarrhytus devient le port d'attache des vandales.
Il détruit en partie les remparts et forteresses et ne fera aucune réparation.

 Chapitre VI



En l'an 520, le général Byzantin Bélisaire chasse les vandales d'Afrique, s'installe à Bizerte et entreprend la reconstruction des remparts et autres constructions.


A suivre....

Partager cet article
Repost0
29 mai 2008 4 29 /05 /mai /2008 18:57

Ou la route de Carthage à Hippo... 



Dans la Rome Antique, les bornes milliaires ou colonnes d'itinéraires, étaient disposées tous les milles romains, soit environ tous les 1 480 mètres sur les tracés des principales voies romaines d'Italie.

Dans les provinces, comme Hippo (provincia romana), les bornes milliaires étaient élevées non pas de mille en mille mais simplement pour rappeler les travaux d'entretien des voies romaines, financées par l'empereur. Elles portaient une inscription mentionnant le nom de l'empereur avec tous ces qualificatifs ou du magistrat ayant fait réparer la route, ainsi que la date et la distance à parcourir pour atteindre les villes les plus proches.

La grande route de Carthage à Bône passait par Membrone ( sidi Ahmed Bou Farès), Tunisa ou Thinissa (Ras el Djebel), Hippo Diarrhytus et Thabraca ( Tabarka) . Voir carte.


En outre, il existait une route directe entre Hippo et Membrone, par Cotuza (el Alia).
La preuve en a été fournie par l'inscription suivante gravée sur la colonne milliaire découverte à Bizerte et que vous pouvez voir à l'entrée de Sidi el Héni à la Ksiba (voir vidéo).

          IMP.CAES

    M.AVRELIVS

    ANTONINVS

    PIVS.FELIX.AVG

    PARTHICVS.MAX

    GERMANICVS.MAX

    TRIB.POT.XVIIII

    COS IIII.P.P

►    XLIX

 En plus claire :

    IMPeratori.CAESari

    Marcus.AVRELIVS

    ANTONINVS

    PIVS.FELIX.AVG

    PARTHICVS.MAX

    GERMANICVS.MAX

    TRIBunicia .POTestate.XVIIII

    COnSuli IIII.Patri.Patriae

    RESTITVIT

    XLIX

"A l'Empereur César Marcus Aurélius Claudius Pius Félix Auguste, Grand Pontife revêtu de la puissance tribunicienne, Proconsul, consul pour la 4ème fois, Père de la Patrie.
49 Milles".

Il en résulte de ce texte que la route d'Hippo, mentionnée sur ce milliaire, avait 49 milles de longueur . Donc de Carthage à Hippo en passant par Membrone et Cotuza, la route faisait XLIX (49 milles).

A propos de La table de Peutinger, sorte de carte routière.
 
"La table de Peutinger est l'ancêtre des cartes routières. Elle couvre tout l'empire romain, et même au-delà : jusqu'en Chine. C'est une reproduction, faite à la fin du XIIe siècle, d'une copie réalisée vers 350, dont l'original est encore plus ancien. Cette carte a été découverte au début du XVIe siècle, à Worms. Elle a été confiée à Konrad Peutinger, contemporain d'Erasme, qui la publia (d'où son nom).

Elle mesurait plus de 6 mètres de long et 30 cm de large. Elle est aujourd'hui conservée à la Bibliothèque nationale de Vienne.

C'est une carte routière qui représente les principales routes de l'ensemble de l'empire romain. C'est une représentation schématique qui ne tient pas compte de l'échelle : c'est en fait plus proche d'un plan de métro que d'une carte routière.

Elle contient quelques erreurs et inexactitudes. "

Partager cet article
Repost0
26 mai 2008 1 26 /05 /mai /2008 20:59

BATTUE PAR LES FLOTS MAIS NE SOMBRE PAS.

 

Cette devise peut résumer toute l'histoire de Bizerte.
De tous temps, les peuples moins favorisés durent subir la loi des plus forts. Bizerte était sans doute de ceux là.
Les berbères qui peuplaient la région vivaient en harmonie avec la nature, sans pensées hégémoniques.



     
Les Phéniciens

►       1100 Av J.C Fondation de Bizerte par les Phéniciens de Sidonie (et non de Tyr),

►       Viennent par la suite, les carthaginois, les Romains, les vandales, les Byzantins, .

►     Les Arabes :
►        647-48 premier raid en Ifriqiya (Tunisie),
►        698 Hassan Ibn Nôoman prend Bizerte,

►      Les Espagnoles:

►           1535 Prise de Bizerte par les troupes de Charles Quint,

►      Les frères Barberousse et Les Ottomans:

►           1543 Les frères Barberousse prennent Tunis et Bizerte

          - Annexion à lempire Ottoman (à la sublime Porte de Soliman le Magnifique)

►      La course (la piraterie) : source principale de l'économie de la ville et du pays.

►         1492 expulsion des Morisques dEspagne

           - Les Andalous sinstallent à Bizerte et créent leur quartier (houmet el andlous)

►          1609 Deuxième vague d immigration des andalous.

►          1681 Bombardement de la ville par la France, Duquesne, et en 1770 par De Broves

►          1784 Bombardement de la ville par les Vénitiens

►          1818 Abolition de la course

►       La France:

►          1878 La France obtient laccord doccuper la Tunisie (accords de Berlin)

►            12 mais 1881 proclamation du protectorat

►       La République Tunisienne

►          20 mars 1956 indépendance de la Tunisie (mais pas de Bizerte)

►          15 Octobre 1963 évacuation totale de la ville de Bizerte.

Nota : Vous trouverez l'histoire de Bizerte sur les sites spécialisés. Cependant, je vais essayer de m'attarder sur des périodes ou des détails de l'histoire que je trouve pertinents. 

Dans l'attente de vous préparer la suite, je vous invite à visionner un documentaire sur la ville de Bizerte en plusieurs chapitres.

Chapitre I 



En l'an 800 av JC dans le bassin méditerranéen, régnait une puissance, hégémonique, en quête d'aventures. Cette puissance, les Phéniciens, dont la vocation était plus maritime que terrestre, naviguaient de proche en proche et fondaient des comptoirs commerciaux et colonisaient toutes les régions stratégiques. C'est ainsi qu'ils découvrirent Bizerte, région exceptionnelle pour une flotte maritime. Point septentrional de l'Afrique, belle rade en croissant, avec deux lacs intérieurs, l'un d'eau douce et l'autre salé. Plaines fertiles et montagneuses avec un climat doux et favorable à l'agriculture. En bref, la colonie s'installa à demeure, sur l'emplacement de l'actuel Dhâr el Koudia, au grand dam des berbères. Pendant 400 ans les phéniciens vont bâtir Bizerte. Ils l'ont Baptisé Hippo Acra ou Hippone Ackret, (voir article le Nom de Bizerte). Ils y construisent tout ce qui s'avère nécessaire au développement du port de commerce et militaire. Les soubassements du vieux port actuel sont d'origine punique (améliorés par la suite). Les phéniciens élargirent le canal naturel qui faisait communiquer le lac avec la mer, et en creusèrent un second prenant naissance dans le lac et se réunissant à l'ancien. Ces deux canaux enserraient ainsi entre eux un îlot (R'Baâ) recouvert de nombreuses maisons et infrastructures commerciales; puis ils se jetaient dans la mer par un même lit.

  Chapitre II



Avant d'aller plus loin dans l'histoire de Bizerte, je souhaiterai vous amener du coté du vieux port, et plus precisemment au fort de la KSIBA (petite Citadelle), Sidi El Héni, pour vous montrer une curiosité ( du moins pour moi) qui a un interêt historique et archéologique .

Lire l'article : La Borne Milliaire de Bizerte.

Chapitre III

Partager cet article
Repost0
2 mai 2008 5 02 /05 /mai /2008 19:49

Savez vous d'ou vient  l'expression relative aux Bizertins:
"Ya Binzarti Ya Gaddêmm Ras El Houta?"*
*" Ôh, bizertin, croqueur la tête du poisson"


Si vous êtes pressés alors demandez la réponse aux doyens de Bizerte, sinon attendez que je vous raconte son origine avec plus de détails.

Mais avant, je souhaiterai vous raconter la véritable version de la légende du dauphin telle que rapportée par Pline l'Ancien . Cette version va d'un coup detruire la poèsie et la magie de celle souvent véhiculée par les sites sur Bizerte.

Je vous raconte cette version ?  Tenez vous bien, elle n'est pas drôle.

 

RSCN3299.JPG

Pline l'Ancien 
HISTOIRE NATURELLE livre IX

 .... Le dauphin n'est pas seulement ami de  l'homme, il aime aussi la musique; la symphonie le charme, et surtout le son des instruments hydrauliques. Pour lui l'homme n'est pas un étranger dont il ait peur ; il va au-devant des vaisseaux, il joue, il bondit, il joute même, et dépasse les navires, quoiqu'ils voguent à pleines voiles.

 Sous le règne du dieu Auguste, un dauphin mis dans le lac Lucrin prit en amitié l'enfant d'un pauvre : cet enfant, allant habituellement de Baies à Putéoles pour se rendre aux écoles, s'arrêtait vers midi sur la rive, l'appelait du nom de Simon, et l'alléchait en lui jetant des morceaux de pain, qu'il portait dans cette intention. Je n'oserais rapporter ce fait, s'il n'était consigné dans les écrits de Mécène, de Fabianus, de Flavius Alfius et de plusieurs autres.

A quelque heure du jour qu'il fût appelé, eût-il été caché au fond des eaux, le dauphin accourait : ayant reçu sa portion de la main de l'enfant, il lui présentait son dos pour qu'il y montât, et cachait ses aiguillons comme dans une gaine. Il le portait ainsi jusqu'à Putéoles à travers un grand espace d'eau, et le ramenait de la même façon. Cela dura plusieurs années, jusqu'à ce qu'enfin, l'enfant étant mort de maladie, le dauphin, qui venait de temps en temps au lieu accoutumé, triste et affligé, succomba à son tour, victime (ce dont personne ne douta) des regrets qu'il éprouvait.

 Un autre, il y a quelques années, sur la côte d'Afrique, près d'Hippone Diarrhyte (Bizerte), recevait de la même façon des aliments de la main des hommes, se prêtait à leurs caresses, jouait avec les nageurs, et les portait sur son dos. Il fut frotté avec un parfum par Flavianus, proconsul d'Afrique : cette odeur, nouvelle pour lui, l'assoupit, et il flotta comme un corps mort. Pendant quelques mois il s'abstint de la société des hommes, comme si un outrage l'en avait chassé ; puis il revint, et présenta le spectacle des mêmes merveilles. Les vexations que les hommes puissants, attirés par la curiosité, faisaient subir à leurs hôtes, déterminèrent les habitants d'Hippone à le tuer. 
 
RSCN3300.JPG
Partager cet article
Repost0