Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

    Cahier de classe N°38, La France Coloniale. (dans les années 1890).

 

En couverture, photo BIZERTE.-VUE PRISE DEVANT LA KASBA

H.ET Cie, PARIS

 

 

La Kasbah de Bizerte dancien+grand

 

Au dos, BIZERTE.

Nota : le texte suivant a été recopié fidèlement tel qu'il a été rédigé par son auteur.

 

Bizerte ou Benzart, port de mer sur la côte septentrionale de la Tunisie, à 92 kilomètres de la Goulette par mer, à 65 kilomètres N.-N.-O. de Tunis par la route de terre, est une ville de 5 000 habitants, dont 1 000 Juifs et 5 à 600 Européens, située près du rivage, entre la mer et le lac de Bizerte; elle est bâtie partie sur une colline en pente douce, partie au pied de cette colline.

Bizerte est le siège d'un cercle militaire et d'une justice de paix. Cette ville n'est autre que l'ancienne Hippo Dyarrhytus, fondée par les Tyriens, qui construisirent le canal encore existant à l'heure actuelle. Le port fut agrandi plus tard par Agathocle, qui ajouta de nouvelles fortifications à celles qui défendaient la ville. Hippo joua un rôle dans la guerre des Mercenaires; assiégée par Mâtho, elle fut obligée de se rendre. Maouïa-Ibn-Hodeij s'en empara en 661-662. Plus tard, des Maures chassés d'Espagne s'y réfugièrent et obtinrent la permission de bâtir un faubourg en dehors de la ville, sur le bord de la mer. Ce faubourg est le quartier actuel de Houmt-Andlès, sur la route qui mène au fort de Sidi-Salèm.

Bizerte a la forme d'un triangle dont la base est de 700 mètres et les deux autres côtés de 1 000 mètres environ. Son mur d'enceinte, pourvu d'un chemin de ronde dans sa partie supérieure, et défendu par plusieurs tours ou bastions, est percé de quatre portes.

Deux canaux qui traversent la ville et font communiquer la mer avec le grand lac de Bizerte, la partagent en trois sections. La première est la plus populeuse, au N.-O., renferme l'habitation du commandant de place, avec les magasins et le casernement. Comme monuments, on y remarque une mosquée avec un beau minaret, et deux fontaines en marbre, dont l'une sur le quai du port et l'autre dans l'intérieur.

Cette section communique par un pont de pierre de cinq arches et la porte de Tunis avec la seconde section ou quartier franc, la ville Européenne avec ses hôtelleries, la poste et le le télégraphe; une église, une synagogue et une mosquée sans grand caractère en sont les monuments religieux. La troisième section, ville arabe avec ses souks et sa kasba, est reliée à la seconde par un pont en bois.

Sept fontaines distribuent dans Bizerte l'eau provenant d'une source captée au djebel Mazlin, au N.-O. Les quais de Bizerte sont bordés de petites maisons, de boutiques et de nombreux débits de boissons.

La kasba, au-dessus de la quelle se dresse le minaret de la Grande-Mosquée, est une petite ville dans la ville propremement dite, un vrai labyrinthe de ruelles étroites; elle a été appropriée au casernement de nos troupes.

En face de la kasba est une autre forteresse appelée ksiba, petite kasba ou bordj-Sidi-Hani, parce qu'elle renferme un sanctuaire consacré à ce marabout. C'est de la que partait la chaîne qui fermait autrefois le port.

Au dessus de la kasba, au N., est le quartier des Andalous, occupé par 150 à 200 arabes vivants isolés de leurs congénères.

Bizerte, qui est le point de passage forcé entre Gibraltar et l'Orient, peut devenir à peu de frais, avec son lac, un port de 1300 hectares, capable d'abriter les escadres de la Méditerranée, et au milieu du quel les cuirassés pourraient mouiller par 13 mètres d'eau.

M.Playfair a vu pêcher à Bizerte, en deux jours, dix tonnes de poisson dans le lac salé, et cinq tonnes dans le lac d'eau douce. Tous ces poissons se vendent à Tunis.

L'huile d'olive, les céréales, les fruits, surtout les raisins blancs renommés, alimentent encore le commerce de Bizerte.

Une ligne de chemin de fer de Tunis à Bizerte, qui s'amorcera à Djedeïda sur la grande ligne de Tunis à la frontière algérienne, a été concédé à la Cie Bône-Guelma. Ce chemin aura une longueur d'environ 100 kilomètres et sera à peu près parallèle à la route carrossable par Mateur. Il desservira cette dernière ville, peuplée de 3 000 habitants. Mateur est, après Bizerte, la cité la plus importante du Mogod; c'est là que viennent s'approvisionner les tribus de cette région montagneuse.

L'enceinte polygonal de Mateur est percée de trois portes; quelques-unes de ses maisons sont construites avec les matériaux de la ville qu'elle a remplacée: Materna ou oppidum Materense, d'après Shaw, et qui, sous les chrétiens, fut le siège d'un évêché. Des inscriptions relevées par M.V. Guérin aucune ne donne le nom de Matarense.

Mateur, qu'entoure un territoire fertile et bien cultivé, est approvisionné en bestiaux, en laines et en grains. Le chemin de fer de Bizerte nécessitera de nombreux ouvrages d'art: 38 aqueducs, 15 ponceaux, 4 ponts de 4 à 8 mètres et un pont de 40 mètres, mais aucun tunnel.

 

 

 

 

 

 

Partager cette page
Repost0