Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 00:41

L’expérience du bain maure va vous laisser un souvenir inoubliable.

 

Une curiosité Bizertine que j'ai souhaité mettre en avant, car le décor du hammam Bensalha (du nom du propriétaire) que vous allez découvrir, est tout simplement magnifique.
C'est un témoignage vivant de l'art d'influence ottomane d'une part et d'autre part c'est un livre ouvert sur l'histoire de la Tunisie en générale et sur celle de Bizerte en particulier.
Ce Hammam est situé près de la BIASSA (anciennement rue de la Régence). Malheureusement, les données historiques et la documentation sérieuse concernant sa contruction me font défaut. Pour le moment et en attendant de récolter de plus amples détails, permettez-moi de vous narrer l'histoire du hammam en Tunisie.

Au dessus de la porte d'entrée du hammam, une belle plaque en marbre (à mettre en valeur) sur laquelle  il est gravé en Français HAMMAM DE LA REGENCE et en ARABE ( traduction de Mouna Kbair) : Hammam du pôle divin Cheikh Abdel Kader El Jilani. la date de sa construction est 1321 hégire, 1903 J.C.


Montage vidéo, une invitation à découvrir l'intérieur de ce joyau de décoration et d'architecture.



Détails de la plaque de marbre située au dessus de la porte d'entrée.








 



LE HAMMAM
: thermes romains adaptés aux soucis constants d’hygiène et de purification des Musulmans.

Si vous voyagez en Tunisie, il serait dommage de ne pas profiter des charmes du hammam. C’est là que se retrouvent, suivant les heures qui leur sont réservées, les femmes ou les hommes. On se lave, on se masse, on se détend et on bavarde.

Le hammam a joué et joue encore un rôle social extrêmement important, même s’il est en train de diminuer avec la modernisation des campagnes et la généralisation des salles de bain.  Toute ville, village ou quartier à son hammam ouvert à des heures différentes pour les hommes et pour les femmes, afin d’éviter la promiscuité entre les sexes (généralement, un panneau indique la répartition des heures). Seuls quelques riches hammams de Tunis ou grandes villes qui ont pu se permettre de doubler les installations afin de permettre un usage simultané.

 

Le hammam, lieu ou se rencontrer toutes les couches de la population, est bien loin de l’imaginaire exotique des bains turcs des tableaux d’Ingres ou d’autres orientalistes du 19ème siècle.  Il faut ajouter que la clientèle aisée ne fréquente plus guère les hammams, utilisés maintenant par les plus modestes : le lieu de brassage social s’est déplacé vers quelques cafés et vers les stades de football.


Le hammam fut aussi une occasion de permettre une vie sociale aux femmes condamnées jadis à rester au foyer et gérer son intérieur et qui trouvaient ainsi le moyen de passer une journée de liberté avec leurs consœurs. Les enfants de bas âges étaient admis au hammam. On pouvait y chanter, danser, pique-niquer et se livrer aux joies du bavardage entre femmes.

De même pour les hommes, le hammam fut un endroit idéal pour traiter des affaires et de parler politique tout en fumant et buvant du thé.

 

Un lieu pour la fête :

 

Toutes les fêtes familiales trouvent leur répercussion dans le hammam : les femmes s’y rendent le 40ème jour de leurs relevailles pour présenter l’enfant, s’y réunissent pour discuter entre elles et repérer les jeunes filles à marier.  La future épousée va louer le hammam la veille de ses noces pour y passer la soirée avec ses amies. Les garçons s’y rendent pour fêter la fin de leur célibat ou le retour du service militaire. Le hammam peut être également loué pour les amis et même rendu gratuit pour tous pendant une journée, suite à un vœu. Enfin chaque cérémonie religieuse exigeant la purification nécessite une visite au hammam : circoncision, présence à un enterrement  ou tout simplement avant les Aïd. Cette vocation religieuse des ablutions rituelles, a fait souvent construire le hammam à  proximité de la mosquée. Le hammam, payant, servait autrefois à subvenir aux frais de la mosquée.



Organisation fonctionnelle du hammam

 

Le hammam se compose d’une suite de salles :

Le vestibule, c’est là qu’on peut se détendre, discuter, boire du thé ou lire le journal après ou avant le bain.

La salle froide ou frigidarium, qui est tout simplement la salle qui n’est pas chauffée, et qui sert d’intermédiaire entre la salle de repos et l’étuve, le caldarium.

Dans les hammams modestes, la salle de repos et la salle froide ne font qu’un.

Un employé du hammam ou le patron lui-même, peut s’y trouver pour vous fournir ce dont vous avez besoin.


La configuration des lieux est partout à peu prêt la même : une salle d’accueil avec des nattes de repos, une pièce tiède dans laquelle opèrent les masseurs, une autre plus chaude où les gens se lavent et se massent les uns les autres. Parfois de petites cabines fermées (mathara) permettent la toilette intime ou le rasage à l’abri des regards indiscrets. D’autres, simplement des vasques le long des murs pour faire sa toilette. Ensuite on trouve la pièce la plus chaude dans laquelle les clients transpirent. On a aussi la possibilité d’avoir de grandes vasques dans lesquelles on peut se tremper dans des eaux chaudes (très chaudes souvent) si on ne craint pas les échanges de microbes qui pullulent dans ces bassins ! (j’ai vécu ce cas au hammam de Zaghouan).

Le caldarium :

L’étuve ou caldarium est, à proprement parler, le cœur du hammam. Elle est bâtie autour de la pierre du nombril, le symbole du centre : cette pierre est brulante, chauffée par-dessous. Dans la vapeur de l’étuve on peut distinguer sur les murs de la salle les vasques ou coule de l’eau chaude.  

Lorsque l’on entre dans le hammam, on se rend immédiatement dans une pièce chaude pour préparer son corps à aller dans la pièce la plus chaude (50° environ saturée à 100% d’humidité). Dans cette pièce la plus chauffée, les habitués qui restent assis se trempent les pieds dans des bassines d’eau chaude pour augmenter l’impression de chaleur. Les plus courageux font des mouvements de gymnastique. Cette pièce est très souvent richement décorée de céramiques aux motifs orientaux, le bruit de l’eau qui coule, les sons qui résonnent dans cette pièce vide, la chaleur : tout est réuni pour un retour au calme et un lâcher prise bénéfique.

 

Ensuite, on passe dans la pièce voisine pour le gommage corporel qui est pour beaucoup le moment fort de la séance. Soit entre amis, soit par un ou une professionnel(le) : le TAYEB pour les hommes et la HARZA pour les femmes : Vous êtes frictionné avec un gant de crin (kassa) ou des racines pour enlever les peaux mortes. Elles viennent facilement après la séance de chaleur et d’humidité. Suit le massage qui est à mi-chemin entre un kiné et une séance de reboutement (fragiles s’abstenir). Parfois les Tayebs massent avec les pieds, debout sur le client. Le Tayeb est aussi appelé le TALLAK en turc.

 

Après un grand nettoyage au savon noir si possible, on peut aller terminer sa toilette, se raser, passer le henné pour les femmes…

La séance se termine par un repos qui permet de retrouver une température normale avant de quitter les lieux. Dans de nombreux hammams, il vous est proposé un thé à la menthe chaud. En tout cas, bien penser à se réhydrater car une grande quantité d’eau peut être éliminée lors de la séance ce qui peut provoquer une baisse de tension et des vertiges.

 

En Europe, les hammams sont équipés de douches et généralement il y a un masseur ou une masseuse pour vous proposer un massage plus classique aux huiles essentielles, c’est absolument génial et il faut essayer une fois dans sa vie !

La tenue vestimentaire dans les hammams est très variable. On peut vous refuser l’entrée dans un hammam pour une tenue vestimentaire jugée pas correcte (un maillot de bain qui ne cache pas les formes). Il n’y a pas longtemps, une serviette (dite FOUTA) vous est automatiquement fournie à l’entrée. Désormais, pour des raisons d’hygiène, chaque convive prévoit dans son « SARR » (le sarr est une grande pièce de tissu, qui forme une sorte de baluchon dans lequel on place ses affaires sèches qui seront revêtues à la sortie du hammam. Aujourd’hui, le sarr a laissé la place à la valise et au sac de voyage).Il faut donc se renseigner avant d’y aller. Dans les hôtels équipés, les utilisateurs sont généralement en maillots de bain. En France, c’est variable suivant le type de hammam (traditionnel ou européen) et la clientèle qui le fréquente. Pensez en tout cas à prévoir, si ce n’est pas fourni, un grand drap de bain pour vous envelopper après la séance.

 

Deux expressions amusantes relatives au hammam :

 

ELLI CHÂH, YELBESS : l’employé ou le patron du hammam, demande à ceux qui ont profité du repos après le bain, qui se prélassent et tardent à laisser la place aux suivants.

 

DKHOULIK L’ILL HAMMAM SAHIL, AMMA KHROUJIK MINNOU S’ÎB: l’entrée est gratuite mais la sortie et payante.

 

Enfin, au moment du règlement, il faut annoncer : hammam seul, ou hammam et tayeb (en désignant le tayeb) ou mathara …

Partager cet article
Repost0

commentaires

Katia ZAPOLSKY-ESTELLE 10/10/2009 20:24


Cher Mahmoud, ta vidéo sur ce hammam qu'entre parenthèse je ne connais pas m'a scotchée sur mon siège.
Comme toujours tu réussis à envouter ton public. Je trouve que les vidéos sont de plus en plus sophistiquées.
A bientôt j'espère pour une nouvelle visite de Bizerte. Et à bientôt de se revoir.


M ABIDI 12/10/2009 20:23


Chère Katia, amie Bizertine, merci pour tout. Il y a beaucoup d'endroits comme celui la ignorés hélas par le grand public. Au prochain article et au plaisir de te revoir. Bien à toi.


mohamed 08/10/2009 20:29


un tayeb debout sur le dos d'un client pour le masser - se sentant étouffé sous la grande masse de muscles , il lui demande d'"INZIL", le tayeb l'écrase plus fort et encore plus fort a chaque fois
que le client lui demande d'"INZIL"-alors que INZIL c'est aussi descend -


M ABIDI 08/10/2009 21:11


Salut mon amour de frère, tu es toujours aussi drôle. Merci d'apporter une note de fraicheur et de circonstance. iNZEL YA KHOUYA :Pour expliquer à nos amis non arabophone, INZEL a un double
sens :  Un "appuyer" et l'autre "descendre". vous comprenez que dans certains cas les references de communication sont très importantes.

merci et bonne soirée