Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 14:59

La maison de la culture de Bizerte.

Aujourd'hui un haut lieu de rencontres culturelles, la maison de la culture Cheikh Driss, sise en plein centre ville, était un haut lieu de rencontres cultuelles.

En effet, cet édifice était une église. L'église de Bizerte a été érigée entre 1900 et 1905 ( 5 années de construction) par la société Hersent et Couvreux.


Elle a subit une première métamorphose entre 1950 et 1956 suite aux dommages des bombardements de la deuxième guerre mondiale.
La paroisse de Bizerte s'est éteinte en 1965.

Je vous invite à visualiser la vidéo suivante :

 


Un nouvel espace, La muse.

 
Une initiative privée conduite par Mme RIHANI, a donné naissance à un nouvel espace culturel situé au dos de la maison de la culture. Cet espace est pourvu d'une gamme d'activités artistiques  et culturelles : une galerie pour les amateurs de toiles, projections de films pour les fans de ciné, initiation aux instruments de  musique, théâtre, espace buvette pour de chaleureux tours de tables, rencontres, discussions, un joli endroit pour la promotion culturelle Tunisienne et l'encouragement à la création artistique.




Les vitraux de l'église de Bizerte

L'abbé Aloïs STEINER, avant de quitter la paroisse de Bizerte pour une mission en Afrique centrale, a rédigé un mémoire sur les vitraux de la nouvelle église de 1956.
Il précise à ce sujet que les 93 vitraux servent de manuel d'histoire sainte; ils étalent devant les yeux des visiteurs un panorama de l'histoire du Salut. Le but de cette modeste étude n'est pas seulement de passer en revue les grands personnages de l'histoire religieuse du catholicisme, mais d'inviter le pratiquant ou le curieux à trouver sa place dans cette grande communauté d'âmes.

Voici le plan de ce développement :



Façade d'entrée : l'Ancien Testament.

- à gauche :  l'Ascendance spirituelle de J.C.
- à droite :     l'Ascendance charnelle de J.C.

Façade de l'autel : le Nouveau Testament avec, au centre, le Christe sous les traits du Saint-Suaire, la Sainte Vieerge, Saint Joseph, les Apôtres et les "amis" de Bethanie.

Façade sud : Une phalange de Saints d'Afrique, de Carthage, de l'Ouganda, de Constantine, des mercedaires, des ermites et papes africains.

Façades nord : Martyrs, papes fondateurs d'ordres, docteurs de l'église, empereurs, paysans, soldats, confesseurs, veuves- donc l'Universalité de l'Eglise.

Abbé Aloïs STEINER



 

 







































HISTOIRE D'UNE SAINTE BIZERTINE, SAINTE RESTITUTE
.

Le Père Emmanuel LABBE ( 1944) rapporte cette histoire :

"Restitute" est une viérge née à Bizerte*. Dénoncée comme chrétienne, elle est traînée devant un préfet impi romain Proculus. Il tâche de l'ébranler, tantôt par des menaces, tantôt par des caresses. Elle prend alors une résolution énérgique : elle mourra plutôt que de perdre sa virginité ou de trahir sa foi. Alors le magistrat, plein de rage, ordonne de la torturer sur un chevalet, de la suspendre par les cheveux, de lui fixer les pieds avec un clou énorme. Mais il ne peut vaincre le courage héroïque de "Restitute". Il condamne alors la future sainte à périr dans un incendie préparé en mer. On la garotte, on la fait monter dans une frêle embarcation remplie de sarments de vigne, on met le feu à la nacelle et on l'envoie à 15 stades* du rivage.
Par la volonté de Dieu, la bienheureuse reste indemne mais les flammes poussées par le vent, dévorent ceux qui avaient allumé l'incendie et leur barque toute proche, chavira aussitôt.

A ce spectacle, "Restitute" sent encore augmenter l'ardeur de son amour pour Dieu. Puis, les yeux levés vers le ciel, elle rend son âme au Seigneur tout en priant.

Alors la barque qui l'a transportéE morte, parvint sans voile ni rames à l'île d'Ischia près de Naples et accosta sans dommage.

Dans cette île vivait une pieuse femme du nom de "LUCINA", avertie en songe par un ange. Il lui dit :"lève-toi et va déposer dans un beau sépulcre, le corps calciné mais inviolé de la vierge, dans un lieu appelé "les Rives".

"Lucina" rendant grâce à Dieu, comme il se devait, mit tout en oeuvre en obeissance aux ordres du ciel. Profondément touché par ces événements, l'empereur " Constantin le Grand"  ordonna plus tard de transférer les précieuses reliques dans une basilique qu'il avait faite édifier à Naples. Le souvenir de Sainte "Restitute" est resté célèbre à Carthage où elle subi le martyre. Une grande basilique lui fut dédiée dans cette ville et porta son nom.

L'île d'Ischia se glorifie aussi de posséder des reliques de Sainte "Restitute".

Enfin, à Bizerte son lieu de naissance, à l'institution Sainte Marie, on y trouve la statue de Sainte "Restitute" , fêtée et honorée le 17 mai.

L'abbé Pierre Messina créa, en 1947, la chorale Bizertine Sainte Restitute.

Fin de l'histoire.

* D'autres documents mentionnent que Sainte Restitute est née à Tiniza ( Thinissa) aujourd'hui Ras el J'bel.
* Un stade est une unité de mesure ancienne dérivant de stadium  = 600 pieds = entre 147 et 192 m
il était [à peu près] établi que Hercule avait mesuré de ses pieds la piste du stade qui est à Pise près (du temple) de Jupiter Olympien,et (qu’) il (lui) avait donné une longueur de six cents pieds

Dernières Minutes

Un petit texte de la part Madame Christine P. H. :

      "Bonjour Monsieur,

 

"Un grand merci à vous Monsieur pour la qualité de votre site, et plus particulièrement pour les articles, photos et vidéos qui concernent "La maison de la culture de Bizerte ou la métamorphose d'un édifice", autrefois Eglise de Bizerte, qui rendent un hommage discret à deux membres de ma famille, François Messina, Architecte et le Père Pierre Messina ". 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Brunau 16/05/2017 17:19

Salut fraternel et bizertain
Qui connaît le nom du maître verrier qui a réalisé les vitraux ?
Un vague souvenir le situerait à Zarzouna.

Malga Marie-France 05/04/2013 21:32

Mon père était militaire, mon premier séjour a été à la Manouba près de Tunis, puis près de Gabès pour Aller à Medjez-el-bab et Bizerte (El Heuch) excusez moi si je fais des fautes dans les noms.
De Tunis j'ai toujours le souvenir des orangers car j'allais à l'école privée et il y avait un grand domaine avec des orangers, à Gabès le sable si doux sous nos pieds, la mer chaude même en hiver
et l'oasis. De Medjez ce qui me revient le plus c'est le sifflement du monsieur qui nous accompagnait en callèche à l'école, souvent le même air, et les champs de luzerne. Pour Bizerte j'avais 12
ans, avec une amie nous allions dans les ruelles, la liberté, les rires cette gaieté que nous cherchons ici en France alors que nous sommes privilégiés. La Tunisie c'était mon enfance, un coin
secret dans mon coeur. Marie-France.

malga 05/04/2013 18:26

c'est avec émotion que je me suis revue montant les marches de la cathédrale à 12 ans pour ma communion.
Merci d'avoir fait ce blog et mis ces superbes photos des vitraux. Je ne suis jamais revenue en Tunisie mais j'espère bien le faire un jour. Le classique avec le chant est prenant et magique.

M ABIDI 05/04/2013 21:12



C'est moi qui vous remercie pour votre touchant commentaire. Si vous souhaitez nous raconter un peu plus cette periode, nous serons heureux de partager avec vous vos souvenirs.


Bien à vous 



Katia 27/08/2009 21:09

comme d'habitude mon cher Mahmoud ton article est remarquable. La vidéo bien ciblée accompagnée d'une musique !!!!!! Tu as perdu ta vocation de journaliste, reporter...J 'ignorais bien des choses!

M ABIDI 28/08/2009 06:30


Merci Chère Katia pour ton sympathique commentaire. L'histoire de Bizerte me passionne et beaucoup de coins insolites méritent une attention particulière. Souvent, on passe devant des édifices ou
des détails architecturaux sans y préter un interêt quelconque.
Je fais ce que je peux pour que Bizerte redevienne resplendissante et RAYONNANTE.

Avec toutes mes amités